Peuples racines, Aborigènes du monde : Exposition Grenoble à partir du 27 février

Publié le par Wanampi

Art Gond (tribal de l'Inde).Les arbres sacrés Saja vivent au cœur de la forêt. Ils sont protégée par le dieu Gond Bara-Dev. Pour remercier Bara Dev, nous chantons sous ses branches. Le chœur commence par une réunion d'animaux venus de partout spontanément. Alors, Bara dev se montre à nous.
Les arbres sacrés Saja vivent au cœur de la forêt. Ils sont protégée par le dieu Gond Bara-Dev. "Pour remercier Bara Dev, nous chantons sous ses branches. Le chœur commence par une réunion d'animaux venus de partout spontanément. Alors, Bara dev se montre à nous".

La conscience d'appartenir à la Nature, l'accès au monde spirituel (la vibration du "Temps du Rêve"), et peut-être plus que tout, la foi dans le pouvoir régénérateur de l'art.

Ils créent pour nous Occidentaux, des œuvres fantastiques directement issues de leurs traditions les plus anciennes. Ces créations sont un dialogue avec nous par l'image, le symbole, la représentation, et le moyen le plus respectueux de connaissance de cette autre manière d'être au monde.

Nous avons voulu par cette exposition qui mêle Aborigènes d'Australie, Tribaux de l'Inde, Huichols du Mexique, Polynésiens des Tonga, art guérisseur Navajo, jeter des passerelles entre ces peuples autrefois tenus pour primitifs et qui sont en réalité nos propres racines.

L'exposition se tiendra à Grenoble à la galerie Vent des cimes, 23 Avenue Alsace Lorraine, 38000 Grenoble ·à partir du 27 février 2021 les horaires restent à préciser

Les visites commentées réunissant un très petit nombre de participants seront données par Zoom. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de Virginie : 04 76 46 20 09

Art Huichol
Art chamanique Huichol. On peut voir au centre en bas, quelque chose de très mystérieux : une tête humaine avec de longs cheveux, c'est Tacutsi Nakawé, Notre-Grand-Mère, la première femme, la mère des mères, et elle n'est pas dans une calebasse mais dans un canot puisque c'est elle qui a navigué avec Watakamé, le premier homme-cultivateur et l'a guidé pendant les cinq années d'errance qu'a duré le déluge. Takutsi est encadrée par deux têtes de cerf, il s'agit de Kauyumari, le cerf bleu sacré, qui a la particularité de se transformer, ici on voit a sa base deux moitiés de peyotls qui sont les cactus hallucinogènes, base de la culture wixárika car, grâce à leur consommation, le Chamane a la vision des messages des Dieux...  Au-dessus une tête de taureau qui est sacrifié lors des grandes cérémonies pour que son sang alimente les offrandes, les bâtons de pouvoir du chamane, les plumes et les flèches votives. Le sang transmet la force, le pouvoir des Dieux, l'énergie. Avant, ils sacrifiaient un cerf mais il n'y en a plus, alors ils sacrifient un veau ou un taureau, qu'ils mangent pendant la cérémonie. Plus haut encore, une offrande avec un épis de maïs, base de l'alimentation, le maïs qui a été révélé à Watakamé, le premier cultivateur par la mère du maïs. En haut à droite, Kauyumari, le Cerf Bleu, de sa bouche sort l'énergie. Sous le cerf, le bâton à plumes d'aigle, le bâton de pouvoir qui lui aussi dégage beaucoup d'énergie. L'épis de maïs qui paraît transporté par l'aigle royale, maître du ciel, messager des Dieux, en bas à droite, une calebasse avec des offrandes dont la bougie.  En haut à gauche, un être puissant, qui tire sa puissance des cornes du cerf, donc moitié cerf, moitié homme et peut être aussi plante, devant lui trois serpents liés à l'eau, la pluie et le tsikuri, l'oeil de Dieu, qui protège. Au milieu gauche, le Chamane avec son chapeau à plumes qui tient un bâton de pouvoir à plumes d'aigle, il parle ou plutôt il chante, il est en pleine cérémonie en bas, de nouveau le cerf dont la queue envoie de l'énergie... Ce tableau est tellement riche de sens que l'artiste n'a pas eu envie de recourir à la couleur, tout occupé par ce qu'il raconte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Annie Claire Díaz 06/02/2021 21:07

Super, Michèle... J'ai hâte que nous arrivions enfin au mois d'août... Pour voir toutes ces œuvres réunies... Quelle chance nous avons de faire découvrir cette richesse aux amis !